LEIKO IKEMURA

i-migration

9 mars – 16 juin 2013

 

Leiko Ikemura a réalisé un grand nombre de toiles, sculptures et dessins ces trente dernières années.
L’exposition Leiko Ikemura. I-migration, organisée par la Kunsthalle de Karlsruhe, présentera quelque 140 œuvres de cette jeune artiste suisse d’origine japonaise s’inspirant d’événements d’actualité.

Depuis le milieu des années 1990, Ikemura se focalise sur un même type de sujets : des personnages
anonymes et de vagues silhouettes féminines se profilant dans des paysages cosmiques dont l’horizon est comme le seuil d’un univers infini. Ces personnages peuplent un monde élémentaire composé de terre et d’eau, de lumière et de couleurs. Les paysages se révèlent anthropomorphes, tandis que visages et
rochers se confondent pour donner naissance à des formations naturelles hybrides. L’art d’Ikemura vise à échapper au contrôle rationnel et à la puissance contraignante du quotidien afin de laisser toute sa place à l’intuition. Estimant que « les yeux sont des organes subjectifs qui se ferment au monde sans qu’on s’en aperçoive », l’artiste ferme les yeux pour mieux discerner ses images intérieures.

Leiko Ikemura est née au Japon et y a passé son enfance, avant de venir étudier en Europe (Espagne, Suisse puis Allemagne). Depuis plusieurs années, elle partage son temps entre Cologne et Berlin. On a souvent souligné que le charme particulier de ses œuvres tenait à une synthèse entre deux univers
culturels, au regard étranger — c’est-à-dire non occidental — qu’elle portait sur les gens et l’espace. De fait, nombre de ses œuvres figurent des personnages qui, contrairement à la tradition européenne, ont des contours imprécis et ne sont pas dotés d’une identité bien définie. Correspondant à une autre
approche, les personnages d’Ikemura renvoient à une vie antérieure à la séparation entre sujet et objet, pour nous projeter dans un lieu imaginaire où il est possible de dépasser ce dualisme.

L’exposition de la Kunsthalle présente des œuvres jamais exposées en public auparavant (cycles
d’aquarelles Artists, Popes & Terrorists (2008) et Contemporary Faces Mexican), ainsi que la série Asuka réalisée d’après des photos de guerre datant de 1941. Avec ces œuvres s’inspirant de l’actualité artistique et médiatique, Ikemura s’inscrit délibérément dans une nouvelle dimension.

Commissaire de l’exposition : Pia Müller-Tamm
Assistante : Sonja Maria Krämer
Architecte de l’exposition : Philipp von Matt 

Catalogue
Le catalogue de l’exposition inclut des textes de Renate Berger, Andreas Beyer, Sonja Maria Krämer et Pia Müller-Tamm (Hatje Cantz Verlag, 35 euros).



L’exposition bénéficie du soutien des organismes suivants :